Préface du colloque ilasouria.01, Institut du monde arabe, Paris, 8 au 10 octobre 2013

Isabelle Hausser, Irène labeyrie et Claude Yacoub

Extraits de cette article : Reconstruire la Syrie, immatériellement et matériellement, peut paraitre aujourd’hui un défi utopique – les violences et les destructions continuent – et irréalisable. Comment reconstruire la Syrie de manière à préserver les sédiments d’un passé multimillénaire, sa tradition de tolérance et d’hospitalité, tout en inscrivant le pays dans la modernité ? Le pays est certes en proie à un conflit interne d’une rare sauvagerie qui a déjà fait au moins 120.000 morts, déplacé 7 millions de personnes et causé des dégâts (structurels et économiques) qui s’élèvent à des centaines de milliards de dollars. Mais un jour la paix reviendra et il faudra reconstruire la Syrie. Les expériences précédentes (lendemains de guerre ou de catastrophes naturelles) ont montré qu’agir dans la précipitation, sans pensée conductrice, engendre toujours de nouveaux problèmes politiques, économiques et sociaux. La démarche de l’association Ila Souria, manifestée lors du premier colloque, ilasouria.01, organisé à l’Institut du monde arabe, à Paris, du 8 au 10 octobre 2013, repose d’abord sur l’idée que la longue période d’incertitude et de douleur que traverse la Syrie depuis mars 2011 peut être employée par les non-combattants pour réfléchir à l’avenir de leur pays. Car, après tant de violences, tant de morts, tant de traumatismes et tant de destructions, la Syrie, terre qui a vu naître les débuts de grandes civilisations, aura besoin de se réinscrire dans la durée, de rendre confiance à son peuple, en particulier à sa jeunesse. Ce qui implique une reconstruction, immatérielle et matérielle maîtrisée. Comme le montrent ces actes, le premier colloque organisé par l’association Ila Souria, a, en premier lieu cherché à dresser un état des lieux 30 mois après le début de la révolution syrienne, en particulier les deux premières sessions, consacrées à l’archéologie et au patrimoine, et à l’architecture et l’urbanisme.

 

Texte complet (PDF – 107 Ko)

 

 

 

 

Préface du colloque ilasouria.01
Tagged on: